LUNA PARKS

Photographies  / photographs


2018. Martigues. Fête Foraine de la Saint Pierre (Bouches-du-Rhône)
Je visite cette ville pour la première fois. En arrivant sur l'esplanade de Ferrière, je suis saisie par une ambiance particulière : le démontage d’une fête foraine.

Camions et remorques sont bourrés de matériel et les roulottes multicolores dispersées ça et là attendent leur départ. Ne reste que le "Grand Huit", un immense squelette à désosser et à charger avant que le convoi ne se forme, tel un long serpent, et prenne la route vers une nouvelle destination.
 

2020-2021. Temps de confinement
Cette série d’images ne suggère-t-elle pas un parallèle avec les moments que nous vivons ? Ceux d’un temps où les distractions sont comme suspendues. La rencontre des corps interdite sans être masqués et désinfectés. L’insouciance n’est plus de mise, les rassemblements sont interdits, tandis que les jeux eux-mêmes n’ont plus place...

Quelles sont les activités dites essentielles et non essentielles qui nous permettent d’être vivants ? Cette période de "crise sanitaire" nous pousse à nous interroger individuellement et collectivement.

 

2018. Martigues. Fête Foraine de la Saint Pierre (Bouches-du-Rhône)

I am visiting this town for the first time. When I arrived on the esplanade of Ferrière, I was struck by a particular atmosphere: the dismantling of a funfair.

Trucks and trailers are packed with equipment and the multicoloured trailers scattered here and there are waiting to leave. All that remains is the "Big Eight", a huge skeleton to be dismantled and loaded before the convoy takes shape, like a long snake, and sets off towards a new destination.

 

2020-2021. Time of confinement

Doesn't this series of images suggest a parallel with the times we live in? Those of a time when distractions are as if suspended. The meeting of bodies forbidden without being masked and disinfected. Carelessness is no longer the order of the day, gatherings are forbidden, while games themselves have no place...

What are the so-called essential and non-essential activities that allow us to be alive? This period of "health crisis" pushes us to question ourselves individually and collectively.

English translation : DeepL

Suzanne Schnurrenberger / avril 2021

Extrait d'une série de 13 photographies  /  Excerpt from a series of 13 photographs  © Suzanne Schnurrenberger

Spreepark (Berlin)

Un parc d’attractions abandonné

Créé dans les années 60, le Kulturpark Plänterwald était le seul parc d’attractions présent en RDA. Réunissant plus d’un million de visiteurs par an sur ses 30 hectares de terrain, il était considéré comme le Disneyland soviétique.

Aujourd'hui, la végétation a recouvert toutes les attractions. Les petits trains dans les arbres, les montagnes russes, les chevaux de bois, les carrousels, les dinosaures... se mêlent à la nature.
Lieu de silence et de mystère.
La Grande Roue trône au milieu d'un univers à part, comme figée dans le temps.
C'est à elle que je voulais redonner sa magie, comme une allégorie de la roue de la vie.

 

Spreepark (Berlin)

An abandoned amusement park

Created in the 1960s, the Kulturpark Plänterwald was the only amusement park in the GDR. With more than a million visitors a year on its 30 hectares of land, it was considered the Soviet Disneyland.

Today, the vegetation has covered all the attractions. The little trains in the trees, the roller coasters, the wooden horses, the carousels, the dinosaurs... all blend in with nature.
A place of silence and mystery.
The Ferris Wheel is enthroned in the middle of a universe apart, as if frozen in time.
I wanted to give it back its magic, like an allegory of the wheel of life.

English translation : DeepL


Avril / April 2021

SpreeP_03.png
SpreeP_02.png
Extraits d'une série de 6 photographies  /  Excerpt from a series of 6 photographs © Suzanne Schnurrenberger

NEXT      BACK     WORK